Les villages et hameaux de cette commune sont :

                                                              
  Bourbouse, village à l'extrême frontière ouest du département et près de la rivière de Maronne, La Camp, hameau,
  Cassan et son moulin
  village, Cayrou, village sur le ruisseau de ce nom
, Cinquarbres, hameau, Caulus, village, Creste, hameau près duquel s'étend une
  grande forêt appelée de ce nom
, L'Estrade, hameau, Fargues, hameau, Grammont, hameau, Grand-Camp, village près de Bourbouse,
  Maison Rouge, hameau, Malemaison, hameau, Mezergues, village au nord du bourg ; il y a un petit château construit à la moderne.
  Mouix
, village qui donne son nom à une vaste forêt,
 Orfeuille, hameau, Pénières, village et ancien château bien situé, qui a été fortifié
                                                 du temps de la Ligue. Il a appartenu à plusieurs familles, et avait titre de baronnie. Géraud et Pierre de
                                                       Pénières sont cités comme témoins dans un acte en 1322. N. Rigaud de Carbonnières donna avant 
                                                        1408 les rentes qu'il possédait à Cros et à Pénières, à Bernard de Montal son parent. La baronnie
                                                    de Pénières appartenait à la famille de Noailles dans le commencement du XVIIe. siècle. François
                                                    de Noailles, lieutenant général, habitait le château de Pénières en 1622. Charles de Noailles, évêque de
                                                         St-Flour, aimait cette résidence et y venait souvent, de 1629 à 1636, avec son frère le comte, gouverneur
                                                             de Haute-Auvergne, et le duc d'Ayen, son fils. Jean de Noailles, abbé de Valette, mourut au château de
                                                                                                Pénières en 1673, et Annet son successeur, en 1709. Adrien Maurice, duc de Noailles, marquis de
                                                                                                         Montelar, fut baron de Pénières en 1734. Louis, duc d'Ayen, pair de France en jouissait en
                                                                                                             1752 ainsi que de
Carbonnières, Trémouille et St-Rouffy qui dépendaient de la baronnie.
                                                                                                                 Le
château qui comprenait sept tours fut incendié en 1807, après avoir été vendu pendant
                                                                                                               la révolution comme bien national. Le propriétaire y établit une verrerie, où l'on fabriquait des
                                                                                                                  bouteilles mais qui a cessé depuis longtemps d'être en activité. On voit près du château
                                                                                                  un bel étang. Perrufes, hameau et Trémouille, village qui dépendait il y a quelques années de la
                                                                                                       commune de Saint-Santin. Il est situé près du ruisseau de St-Rouffy et du grand chemin. Le bois dit de l'Estouroc,
                                                                                                           ancien repaire de voleurs, commence là et couvre les gorges profondes de la Maronne en descendant jusqu'à la rivière.

                                                                                                                                        (Extrait du dictionnaire statistique du Cantal - 1855)